Le pape en voisin – Catt.ch

Denis Müller | La plupart du temps, le pape voyage très loin. Surtout depuis Jean Paul II. Mais il lui faut bien aussi raccourcir les distances. En venant à Genève, la Rome protestante, il fait d’une pierre deux coups, puisque c’est avant tout au Conseil œcuménique des Eglises qu’il consacrera son attention, quitte à y rencontrer aussi les locaux de l’étape. On assistera ainsi à une pastorale et à une diplomatie à géométrie variable, aéroport compris. Nous autres protestants, nous sommes à la fois vexés et jaloux d’un tel don d’ubiquité.

Lisez la suite sur le site : https://www.cath.ch/blogsf/le-pape-en-voisin/

Point de vue de Denis Müller: « Le football en quête d’éthique » – ARC INFOS

Salaires mirobolants, racisme, arbitrage: les sujets impliquant une dose d’éthique ne manquent pas dans le foot. Denis Müller, théologien et éthicien, n’en rappelle pas moins que ce sport reste humain, donc faillible. Découvrez son point de vue: comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Nous sommes en pleine Ligue des champions et nous voyons se pointer à l’horizon la Coupe du monde du football, qui aura lieu en Russie. Si nous aimons ce jeu magnifique que demeure le soccer, comme c’est notre cas, nous sommes néanmoins préoccupés par les terribles déséquilibres dont il souffre.

Les salaires mirobolants versés aux vedettes du ballon rond, la manière éhontée de construire des équipes galactiques à coups de centaines de millions, l’attention surfaite portée par certains médias aux compétiteurs les plus glamours, tout cela ne contribue pas à rendre le football plus respectueux des valeurs humaines universelles.

Des joueurs prestigieux comme Karembeu et Hoarau attirent notre attention sur la nécessité de lutter contre le racisme. Ce combat sera toujours de rigueur, tant la bêtise et la méchanceté de certains spectateurs peuvent faire des dégâts. Mais cette lutte contre le racisme n’est qu’un aspect de l’engagement pour un football éthique.

L’éradication du dopage, la réduction des inégalités salariales, le contrôle plus sévère des agents de joueurs et du marché de transferts font aussi partie de cette amélioration du football.

A l’interne, la solution proposée par la Fifa à la question controversée de l’assistance vidéo à l’arbitrage semble aller dans la bonne direction. La vidéo, nous le soutenons depuis longtemps (voir notre livre «Le football, ses dieux ses démons», Labor et Fides, 2008), ne saurait se substituer à l’arbitre. Elle doit rester un outil au service de l’arbitrage. En dernière instance, c’est toujours l’arbitre qui décidera s’il y a ou non penalty, simulation ou hors-jeu.

Le football restera humain, donc faillible.

Source : https://www.arcinfo.ch/dossiers/points-de-vue/articles/point-de-vue-de-denis-muller-le-football-en-quete-d-ethique-744950

Point de vue de Denis Müller: « Le culte de l’immédiat »

ARC INFO – Comment cesser de caricaturer les pensées politiques libérales, notamment celle d’Emmanuel Macron, interroge Denis Müller.

 

Retrouvez le point de vue des invités de la rédaction. Ces personnalités locales s’expriment sur les sujets les plus divers en lien avec l’actualité. Aujourd’hui, Denis Müller, théologien et éthicien, évoque la pensée libérale.

 

 

Il y a comme un culte de l’instant. Je crois nécessaire de résister à cette immédiateté. Le temps court n’est rien sans le temps long, comme l’a montré Fernand Braudel dans son ouvrage classique sur la Méditerranée.

Quand j’ai commencé mon enseignement universitaire à Lausanne en 1988, j’ai dû apprendre à utiliser un ordinateur et les réseaux sociaux n’existaient pas. On a passé lentement du courriel à Facebook et à Twitter. Mais on observe de nos jours un retour de manivelle: il va falloir doubler le nombre de signes sur Twitter – pour surmonter les raccourcis vertigineux à la Donald Trump?

Notre question actuelle est tout autant religieuse que sociale et politique: comment transcender la sauvagerie et le désordre inhérents au réseautage de toute sorte? Comment faire comprendre que le vrai libéralisme pense la liberté comme une liberté sociable et responsable? Comment cesser de caricaturer les pensées politiques libérales (Macron, par exemple) comme des néolibéralismes autoritaires et technocratiques, quand il s’agit en fait de déployer la pluralité démocratique des libertés individuelles et personnelles?

La gauche et le progressisme ne sont pas sans la promotion de ces libertés, et une droite vraiment libérale ne saurait faire l’économie des valeurs de la justice et de la solidarité. Nous sommes devenus aveugles au long terme, à la durée créatrice. Nous avons besoin de mémoire et de culture, de pluralité et de patience, d’espérance têtue et de fraternité contradictoire (au contraire de la fraternité lisse et bien-pensante).

Source : https://www.arcinfo.ch/dossiers/points-de-vue/articles/point-de-vue-de-denis-muller-le-culte-de-l-immediat-738372