ELEVER LE DÉBAT

Le débat tant politique qu’écclésial en reste souvent au niveau des pâqueretttes: on scrute le quantitatif et le statistique mais on n’interroge pas le qualitatif et le véridique. J’observe depuis des années une peur parallèle et similaire dès lors qu’il s’agit de se poser des questions radicales.

Vendredi 9 mars nous nous sommes risqués, avec une vingtaine de chercheurs, de nous interroger sur l’art de la dispute.

Une des questions centrales apparues a été celle de la peur de la vérité et de la confusion, dans le monde académique, entre les questions réflexives et les questions instititutionnelles (bourses pour les doctorants, postes disponibles).