JE NE SUIS PAS UN INTELLECTUEL FOOTEUX SI CELA VEUT DIRE: BÊTE !

Je suis sidéré d’entendre ce soir sur les ondes de la Radio Suisse romande le directeur de Neuchâtel-Xamax rétorquer à Nago Humbert, président de Médecins du monde et Neuchâtelois de souche, qu’un club de football n’a pas à se préoccuper des réalités politiques comme celles de la de la Tchétchénie.

Que le futur investisseur de Neuchâtel-Xamax, établi sur la place financière genevois depuis deux décennies, soit un « frère » de M. Kadirov, le président tchétchène sulfureux – c’est lui qui le dit. Et on ne saurait dire que cela ne pose AUCUN problème, ne mérite AUCUN questionnement. Certes, le sponsor et le nouveau président pressentis doivent bénéficier d’une présomption d’innocence, mais ils ne doivent pas moins faire l’objet de contrôles stricts quand à la provenance des fonds engagés. Et cela ne nous empêche pas de nous poser des questions sur M. Kadirov et ses pratiques douteuses. Dick Marty l’a rappelé à Genève la semaine dernière et confirme pleinement dans ses divers rapports et interventions les soupçons de Nago Humbert.

Les désirs footballistiques de grandeur ne doivent pas nous aveugler. Le football se passe dans un monde de guerre et de torture, de corruption et d’inégalités. Je ne vois pas pourquoi les citoyens libres que nous sommes ne pourraient pas demander des explications aux clubs de football et aux édiles politiques. Cela se passe actuellement à Paris, comme vient de le montrer l’enquête en cours au sein de la FFF et dans l’espace public au sujet des quotas au sein de l’équipe tricolore. Pourquoi pas aussi à Neuchâtel.

J’aime le football, mais pas de manière aveugle. Il est bien que des citoyens manifestent demain à Neuchâtel, afin que la conscience des « footeux » ne reste pas éteinte.

 

DM World Cup foot

%d blogueurs aiment cette page :