La dignité de l’animal

A bien des égards, comme le philosophe Emmanuel Kant l’avait déjà signalé, la manière dont nous traitons les animaux nous renvoie en miroir notre propre attitude envers nos compagnons humains. La maladie de la vache folle n’est-elle pas le résultat d’une rationalité industrielle déraisonnable et, par là même, le révélateur des dérives de la rationalité instrumentale et des menaces qui pèsent sur l’éthique ? Les perspectives ouvertes par le génie génétique et par les xénotransplantations n’annoncent-elles pas une fuite en avant dans les illusions d’une technoscience sans conscience et sans précaution ? Comment trouver un équilibre entre les intérêts des patients, les finalités de la médecine, le respect de l’animal et les réalités de l’économie ou de la politique ? Pour promouvoir une éthique à la hauteur de ces questions, faut-il abandonner tout anthropocentrisme, adopter une philosophie centrée sur la vie et le vivant (biocentrisme) prenant uniquement en compte le critère de la souffrance humaine et animale (pathocentrisme) ?
Fruit d’un colloque interdisciplinaire tenu à Lausanne en mai 1999, cet ouvrage donne la parole à des chercheurs d’horizon très variés : des spécialistes de la zoologie, de l’étude du comportement animal, de la douleur animale et humaine et de l’anthropologie culturelle, des juristes, des médecins, des philosophes et des théologiens.

 

http://www.laboretfides.com/?page_id=3&category=14&product_id=100134

 

Electre_2-8309-0995-X_9782830909951