Retour de Marseille

Revenir de Marseille est toujours un défi. Soleil ou pluie, le Vieux Port attire le regard par sa vaste perspective. La ville trépigne, Fernand Braudel n’est pas loin. Je sens passer le souffle joyeux de Marcel Pagnol et d’Albert Cohen en culottes courtes. Le prestigieux Stade de Reims a refroidi le Stade Vélodrome en égalisant dans les dernières secondes du match de vendredi 13. Score final 2-2. Nous mangeons au Canaletto, chez Gerardo, de Venise. Trieste et James Joyce vibrent au loin. Mare nostrum. Ragusa, Dubrovnik. Malte.  L’appel du large. A la librairie saint-Paul, récemment déménagée face aux Arsenaux, je sens passer le boulet des librairies en crise. Le Cerf, la Procure, Labor et Fides, Flammarion, on ne sait plus très bien qui communique avec qui. J’achète Le Dictionnaire amoureux de la langue française, le dernier Gagey, le dernier Theobald, un ouvrage de Gabriel Fessard,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :